Je pense trop : que peut faire l’hypnose ?

Récemment, je recevais Antoine en séance. Antoine a trente ans, il travaille dans l’associatif, et nous avions fait deux séances pour l’aider à décrocher l’emploi qu’il souhaitait.


Il me parlait de sa difficulté au quotidien à « sortir de sa tête », à arrêter le « vélo qui mouline tout le temps ». Il me disait que sa difficulté lui faisait sentir comme si il vivait légèrement à côté de sa vie, constamment perché dans ses pensées.

Il est certain que nombreux d’entre nous nous reconnaîtrons dans cette description.


La vie que nous menons aujourd’hui (entre la rapidité des informations, le contact permanent avec le numérique, les préoccupation multiples et variées qui constituent le quotidien) nous « perche » plus facilement que la vie de nos grand-parents.


La plupart du temps, sur-connectés, sur-stimulés, nous sommes vidés de notre corporalité et de notre attention.


Il existe aujourd’hui de nombreux business qui tentent d’y remédier, de façon plus ou moins maladroite : entre l’application de méditation donnant des points de mérite, la proposition toujours grandissante d’appareils et de gadgets favorisant la relaxation, et l’injonction paradoxale du calme en toutes circonstances, il est vrai que nous semblons avoir l’embarras du choix.


Or, la plupart du temps, toutes ces pseudo-solutions ne semblent pas trouver d’effet réel. Nous sommes désespérés de ne plus avoir de corps, d’avoir oublié le corps, au profit de ce rythme effréné.




Comment l’hypnose peut-elle aider ?


L’hypnose est, par essence, une remise en rapport avec l’ensemble des sensations du présent. La transe hypnotique est un état dans lequel la conscience est écartée du jeu : elle ne disparait pas, mais elle n’est plus la modalité à partir de laquelle on entre en contact avec les choses.


Ainsi, pendant une séance d’hypnothérapie, l’expérience de la transe est le lieu d’une redécouverte de cette présence-sans-conscience.


Présence sans réflexion, sans intellect, mais présence pleine et entière au monde. Je suis dans le fauteuil, bien installée dans mon corps, et la voix du thérapeute me berce, me fait entendre l’oiseau dehors, l’avion qui passe, me fait sentir le ciel, ma main.


Quelque chose en moi peut alors s’abandonner au monde vivant.


Cette expérience, lorsque j’en ressors, a comme laissé une trace : elle m’habite désormais. Je peux repartir avec dans mon quotidien avec la sensation laissé par son empreinte. Et soudain, quelques temps plus tard, sans que je comprenne pourquoi, le problème qui m’avait amené en thérapie semble se résoudre. Voilà l'hypnose : je n’ai pas compris, je n’ai pas fait d’effort de volonté, mais j’ai simplement laissé le mouvement de la vie repasser à travers moi - lui seul guérit et résout.


Parfois, une seule séance suffit à retrouver sa place dans le mouvement.




Hypnose à Genève, Hypnose ericksonienne, Marie Duboule

72 vues

LE CABINET

Genève : 63 ch. de Saule, à Bernex

Paris : Still Point Spaces, Alésia, ou Nations

LES HORAIRES

Du lundi au samedi

de 08h00 à 21h
A Paris : Selon le calendrier

PRENDRE RENDEZ-VOUS

Rendez-vous en ligne ici
ou sur Doctolib.fr 
T. + 41 79 365 72 01